Les impostures de l’écriture web

Les impostures de l'écriture web

L'écriture numérique doit répondre à un cahier des charges bien précis selon les gourous du Net. Il y a beaucoup de bêtises, là dedans...

Guide de survie avec son geek

Guide de survie avec son geek

Pour un journaleux, le "geek" n'est pas toujours d'abord facile. Voici quelques astuces pour faciliter le dialogue.

Le marketing édito n’est pas le diable

Le marketing éditorial n’est pas le diable

Brand-content, nature advertising... Le “publi-édito” fait son come-back. Pas forcément dramatique sous certaines conditions

formats

Producteurs de contenus, parlez moins, écoutez plus !

Medias et producteurs de contenus, écoutez vos lecteurs !

©stankus en CC via flickr.com

Récemment, Romain Saillet invitait fort justement les médias à “produire moins et à diffuser plus” sur les plateformes video. J’ajouterais qu’ils devraient aussi s’appuyer beaucoup plus sur les données de leurs lecteurs, en amont, comme en aval de la production de contenus.

1- ECOUTER DAVANTAGE, POUR PRODUIRE DES CONTENUS PLUS PERTINENTS

La plupart des marques, médias ou institutions se servent des réseaux sociaux comme d’un nouveau canal de diffusion. Difficile de perdre ses habitudes de locuteur unidirectionnel descendant !

Ils oublient que les plateformes sociales sont aussi un formidable observatoire des besoins utilisateurs et un moyen d’améliorer la qualité de leur offre, comme l’a bien compris Starbucks qui interroge ses clients pour développer de nouveaux produits

Les réseaux sociaux sont un endroit idéal pour pratiquer “l’information à la demande”, via sondages ou appels à questions. C’est ce que font les Décodeurs du Monde avec un système de vote, pour identifier les questions les plus récurrentes.

Voilà un bon moyen de faire d’une pierre deux coups, puisque cela décuple aussi le pouvoir de diffusion des contenus conçus de cette manière, comme j’ai pu le vérifier ici ou .

(suite…)

 
formats

Smileys, emojis, emoticônes, hashtags… pourquoi ils sont devenus incontournables

Publié le 1 avril 2016, par dans Sociologie web.
smileys, emojis, emoticons : l'addiction ?

Explosion des emojis : non, la société ne part pas en sucette. ©baconizedhameister via flickr.com

La propagation de ces petits visuels colorés ne tient pas tant à la ludification du monde, qu’à un besoin de communiquer efficacement.

Le succès des smileys, “emoticônes”et emojis (prononcer emodji) ou encore “stickers”– se confirme. Pas une application sociale ou une messagerie qui ne les ait ajoutés à ses fonctionnalités : Facebook, Twitter, Snapchat ou encore des logiciels professionnels, comme Slack. Les requêtes des Français sur Google attestent d’ailleurs de cette popularité croissante :

(suite…)

 
formats

Médias, épargnez-nous – s’il vous plaît – la vacuité des professionnels de “la com'”

Papier bulle, vide communicationnel

Les polémiques vides se succèdent et éclatent, les unes après les autres / ©cotaro70s en CC via flickr.com

En relayant des polémiques futiles, ou des annonces absurdes, les médias tombent désormais de manière systématique dans le panneau de la communication.

Le retour prétendu de Bernard Tapie, les éructations de Robert Ménard, les vitupérations du colérique Jean-Luc Mélenchon… le plus sûr moyen d’intéresser les médias aujourd’hui, est de dire une énormité et d’attendre les cris d’orfraie des uns et des autres.

(suite…)

 
formats

Presse en ligne : 10 conseils pour parvenir à faire payer les lecteurs sur Internet

Publié le 14 décembre 2015, par dans Business models.
kiosque payant presse rue Angleterre

©r4vi en CC via Flickr.com

Enfants gâtés de la gratuité, nous, internautes, sommes aujourd’hui majoritairement rétifs à payer pour de l’information. Pas impossible, mais pas pour toutes les informations et pas à n’importe quel prix.

Pourquoi paierait-on pour une information qu’une foule de sites proposent gratuitement ? La concurrence des blogs et sites de “curation”, au premier rang desquels Google Actualités – qui resservent plus ou moins légalement le travail des autres – démonétise l’information. Sans parler des réseaux sociaux qui deviennent les premiers distributeurs de la presse en ligne, et prélèvent une part croissante du marché publicitaire, au détriment des producteurs.

Et pourquoi devrait-on soudainement payer pour ce que la quasi-totalité des médias ont offert pendant de longues années ?

(suite…)

 
formats

Croire ou ne pas croire, la raison ne fait rien à l’affaire !

religion-bouddha-mediaculture.fr

Certains athées ne peuvent s’empêcher de penser que croire en Dieu est, d’une façon ou d’une autre, un aveu de faiblesse intellectuelle. Un reliquat de superstition qui mérite mépris ou condescendance, au mieux.

Cette idée – probablement le résultat de siècles d’anticléricalisme républicain – n’est pas juste sur le plan intellectuel. Et c’est un laïc, athée, voire agnostique dans mes moments de doute, qui vous le dit.

En réalité, il n’y a pas plus de raison de croire en Dieu que de ne pas y croire. Peut-on démontrer l’existence de Dieu ? Non, c’est un fait, malgré les efforts dérisoires des partisans de l’argument ontologique. Mais peut-on démontrer l’inexistence de Dieu ? Pas davantage !

L’organisation de l’univers peut aussi bien être le fruit d’un hasard total que le résultat d’une volonté divine, quelle que soit la forme que l’on donne à cette force supérieure.
(suite…)

 
formats

Economie de l’attention : au delà des contenus, il faut cibler et contextualiser davantage !

economie-attention-mediaculture-frFace à une concurrence toujours plus grande, l’enjeu des producteurs de contenus est de maximiser l’attention et l’engagement des lecteurs. Cela passe par des sujets et formats plus impactants, mais aussi par un meilleur ciblage et prise en compte du contexte de réception.

La conquête du fameux “temps de cerveau disponible” de Patrick Le Lay est plus que jamais d’actualité, à l’heure de la surabondance des contenus et messages communicationnels (il ne faut pas oublier les chats, sms et autres discussions sociales). Comme le souligne Clara Schmelck, En 2014, le temps de lecture accordé à un article de presse était cinq fois moins important qu’il y a dix ans.

Pour conquérir cette attention, les médias et de plus en plus les marques, via le “brand-content”, multiplient les formats attractifs, ludiques, “plaisir”. En témoignent la profusion des infographies, quiz, cartoon et autres vidéos “fun” sur les réseaux sociaux. On a assisté en ligne à une forme de contamination des contenus légers, LOL et buzz. Une sorte de “Buzzfeedisation” de la presse en ligne, pour reprendre l’image de Nicolas Becquet. Mais le seuil de qualité et d’originalité requis, pour avoir une chance d’émerger de la masse, s’élève.

L’autre solution consiste à booster l’impact de ses contenus en optimisant la contextualisation et la personnalisation des contenus créés.

(suite…)

 
formats

Dataviz, infographies, animations interactives : la boîte à outils

Publié le 21 mai 2015, par dans Journalismes.

outils-web-dataviz-infographies-mediaculture.fr

Voici une sélection d’outils gratuits grand public, des plus simples et rapides à mettre en oeuvre, aux plus compliqués et longs à maîtriser. Ils vous permettront de mettre en valeur votre propos par des contenus plus visuels et surtout plus interactifs. Datavisualisations, infographies, diaporamas, quiz, web-documentaires… 

J’ai présenté et commenté ce document auprès d’une vingtaines de journalistes de l’AJSPI (association des journalistes scientifiques de la presse d’information) le 20 mai 2015. En résumé, voici quelle était la teneur de mon propos :

Comme toujours, les outils ne remplacent pas nos cerveaux : il faut surtout avoir des informations intéressantes, intelligentes qui rendent service au lecteur : qui lui apportent du sens, des infos pratiques, du plaisir et des occasions de partager (l’information est le meilleur “carburant” social qui alimente les conversations et renforce le lien social).

(suite…)

 
formats

Journalisme sportif en télévision : les 10 commandements

Publié le 8 mai 2015, par dans Journalismes, Sociologie web.
Les 10 commandements du journaliste télé sportif

Et toi, tu les connais tes tables ? ©Léo Reynolds en CC via Flickr.com

Etre journaliste sportif en télévision requiert des compétences linguistiques poussées et une culture générale très vaste. Voici les 10 règles les plus importantes.

 

1- Utilise un maximum d’anglicismes

C’est comme les chansons des Beatles : comme on comprend rien, ça sonne plus classe. Domination culturelle volontairement acceptée, violence symbolique dirait Bourdieu.

“Le coach” : entraîneur. Bah oui, la langue française, c’est mieux que les applis Apple : il y a un mot pour ça.

“Hat trick” : en français, “coup du chapeau”, soit trois buts réalisés par un même joueur au cours de la même partie. Et quand y’en a pas, on peut crier “Pas d’triiiiick” ? #memepashonte

“Supersub” : remplaçant de luxe. On entre ici sur les terres du grand jargon jargoneux pour footeux exigeant. De quoi fiche le seum’, méchant.

(suite…)

 
© Cyrille Frank - Mediaculture Conseil