Comment l’hyper-communication accentue la division sociale

La cohésion laisse place à l'affrontement social -

La cohésion laisse place à l’affrontement social – Crédit photo © windwalkernld en Creative Commons via Flickr.com

L’utopie selon laquelle plus on communique, plus on apaise les conflits, a vécu. En réalité, on observe actuellement le contraire.

Il y a 22 ans, Philippe Breton dénonçait déjà dans “l’utopie de la communication” cette croyance selon laquelle, plus on communique, mieux ça vaut. Idée qui était à la base de l’idéologie cybernétique : tout blocage d’un système vient d’un problème de circulation de l’information.

Aujourd’hui, TV, radio, internet, réseaux sociaux, mobile… L’information est permanente, on n’y échappe pas. Pourtant Il faut être aveugle pour ne pas voir les tensions séparatistes qui traversent la société française. On les observe à travers des mouvements aussi variés qu’hétérogènes : les bonnets rouges, les Dieudonnistes (et son cortège “d’anti-systèmes”), les partisans du mariage pour tous, les frondeurs anti NDDL, les ouvriers frontistes…

C’est que l’excès de communication dans le contexte actuel se retourne contre la cohésion sociale.

HYPER-SOCIALISATION ET EMBALLEMENT EMOTIONNEL

L’hypersocialisation accentuée par les réseaux sociaux et le mobile, oblige les individus à prendre position. Celui qui ne s’exprime pas est considéré comme un idiot ou un faible.

Mais, parallèlement, le temps et les moyens pour se forger un avis éclairé manquent au plus grand nombre. Mêmes les plus instruits butent sur des questions de plus en plus complexes.

Combien coûte vraiment le nucléaire en France ?
Le travail en France coûte-t-il plus cher qu’en Allemagne ?
Le baclofène est-il une bonne solution pour lutter contre l’alcoolisme ?

Cette double contrainte conduit forcément à la simplification, aux jugements hâtifs et souvent passionnels. Quand ils ne sont pas emplis d’excès et de déferlement émotionnel.

En témoignent les commentaires très violents des internautes à la suite de la polémique du chat projeté contre un mur ou du handicapé mental chahuté. Naturellement ces deux évènements choquants méritent qu’on s’indigne, mais ils ne justifient pas les appels public à la vengeance, voire au meurtre.

Même les sujets de consommation les plus anodins, en apparence, suscitent la division. Les pro-Apple combattent les pro Samsung dans des joutes verbales parfois assez musclées. Les amateurs de séries télé s’affrontent entre pro-Castle ou pro-NCIS…

L’HYPER-SOCIALISATION ACCENTUE LE COMBAT DE COQS

Concentration urbaine, uniformisation des modes de vie, socialisation permanente… Tout cela accentue notre besoin d’émerger de la masse

Ce phénomène est particulièrement frappant au Japon où la très grande homogénéité des populations (il y a peu d’immigration hors des grandes villes) suscite des désirs de singularité forts chez les jeunes nippons. De nombreux ados et jeunes adultes se teignent les cheveux, certaines jeunes filles portent des lentilles de couleur (bleues ou vertes), l’habillement se fait parfois extrême (tel le cosplay, qui répond au besoin de singularité, de jeu et de regroupement tribal, tout comme nos punks ou grunge des 80’ et 90’).

Pour émerger et se distinguer, on peut aussi choisir l’affrontement oral. La joute verbale est une vieille tradition française qui a repris ses lettres de noblesse avec Twitter et les fameux twitt-clashs. Normal, Twitter est le lieu d’expression privilégié de la société instruite, narcissique et sûre d’elle : c’est le nouveau salon d’éloquence. Tout comme au XVIIIe s, les égos hypertrophiés s’affrontent parfois violemment afin de gagner en influence ou tomber dans le ridicule.

Attention au ridicule ! ©Cinea / Epithete / Studio canal

©Cinea / Epithete / Studio canal

INTERNET ET LES RESEAUX SOCIAUX POLARISENT LES OPINIONS

Le sociologue américain Cass Sunstein, a montré combien Internet renforçait le compartimentage des avis, par phénomène grégaire.

« Quand des gens se retrouvent dans un groupe formé de gens qui ont tendance à penser de la même manière, ils sont incités à durcir leur position.« 

Au point, d’aboutir quelquefois à un point de vue extrême, bien plus radical que celui qu’ils auraient adopté seuls.

Une conclusion confortée par la chercheuse canadienne Dominique Brossard qui a étudié les effets polarisants des commentaires de trolls sur l’opinion des lecteurs. Les trolls, par les commentaires outranciers qu’ils émettent, conduisent les lecteurs à radicaliser leur opinion préalable. Ceci conduit à faire disparaître les opinions nuancées. En gros, à évacuer la subtilité et la complexité…

De même, Internet renforcerait les biais de confirmation d’après cette étude de Thierry Vedel. Ce politiologue du Cevipof montre que l’exposition sélective qui existe pour les grands médias, est nettement plus forte pour l’Internet. 72 % des personnes interrogées disent qu’elles utilisent surtout des sites qui partagent leurs points de vue, alors que cette proportion n’est que de 46 % dans le cas des médias traditionnels.

LA COMPLEXITE ET LA NUANCE, LOURDS HANDICAPS MEDIATIQUES !

Les médias confrontés à une concurrence accrue, à une inflation exponentielle des contenus d’information, sont conduits à renforcer l’impact de leurs messages.

Pour se faire, ils ont tendance à faire disparaître toute nuance et incertitude. Le conditionnel devient présent “Facebook va perdre 80% de ses utilisateurs” (remarquez le subtil “dit cette étude”, repoussé en fin de titre)

Les phrases sont affirmatives, les termes forts, les opinons tranchées, là encore pour mieux émerger. A l’instar de cet article “c’est prouvé, la télé-réalité rend bête” qui propose une interprétation abusive d’une étude là aussi très discutable. Qu’importe, le lecteur a bien la confirmation de ce qu’il “savait” : les émissions de télé-réalité sont mauvaises pour les enfants.

Et comme on adore les opinions qui valident les nôtres, on s’empressera de partager, ce qui servira les desseins économiques du titre.

Il est vrai que la nuance et la complexité sont des faiblesses marketing qu’il vaut mieux supprimer pour marquer les esprits. En télé, il faut des phrases et des chiffres forts pour retenir le téléspectateur-zappeur.

De la même façon, le chercheur désireux de briller en soirée, n’a aucune chance d’y parvenir s’il adopte la prudente subtilité que ses pairs exigent habituellement de lui. Il devra couper, simplifier, voire caricaturer un brin son propos pour espérer intéresser, ou seulement se faire comprendre. En gros “vulgariser”, ce qui est non seulement normal, mais nécessaire..

Le problème, c’est quand cette simplification excessive conduit à renforcer les clivages naturels des lecteurs.

Les Français travaillent moins que les Allemands” , voilà un titre excessif qui ne rend pas grâce au contenu de l’article, mais que les internautes vont retenir. Et qui alimentera leur idée que si la France va moins bien que l’Allemagne sur le plan économique, c’est qu’elle est plus fainéante.

Comme l’article vient d’Atlantico, positionné à droite, il va naturellement brosser son lectorat dans le sens du poil et conformer ses opinions préalables.

Attentions aux médias qui jouent aux pompiers pyromanes - Crédit ©Le Point

Attentions aux médias « pompiers pyromanes » – ©Le Point

Les exemples sont pléthore de simplifications (les ravages des jeux vidéo, la dangerosité des réseaux sociaux etc.) qui ont pour but au final de séduire le public auquel il s’adresse. On tombe ici dans la démagogie économique, souvent invoquée par les créateurs des pires émissions de tv : “je fais ce que le public demande”.

Avec les algorithmes de Google et autre Facebook qui favorisent la diffusion de contenus populaires et émotionnels, le risque est grand de voir s’accentuer ce travers.

LE VRAI COUPABLE EST AILLEURS…

Il ne faut toutefois pas se tromper d’ennemi, la principale cause de la division sociale n’est ni la communication excessive, ni les médias.

Cette division croissante et inquiétante trouve d’abord sa source dans l’insécurité économique, et l’accroissement des inégalités sociales qui ronge naturellement la cohésion sociale.

Une cohésion qui – contrairement aux Etats-Unis – ne peut s’appuyer sur le mythe de la méritocratie, en laquelle de moins en moins de Français croient.

La défiance des autres est naturellement alimentée par le discrédit des politiques de tout bord, suite aux innombrables affaires qui ont touché les uns et les autres, et qui donne un avantage au FN, au bénéfice du doute (quoi que leur passage à Marignane, Orange ou Vitrolles n’ait pas vraiment laissé un souvenir impérissable)

Il faut ajouter à cela la défiance et la crainte à l’égard de la mondialisation qui s’expliquent par l’échec du libéralisme comme facteur de progrès, d’une part. Et d’autre part, par le rejet dans les milieux traditionnels de l’évolution des moeurs et normes sociales qu’elle accélère (mariage gay et adoption homo-parentale, quotas de femmes aux élections etc.)

Les médias ajoutent bien un peu d’huile sur le feu par souci mercantile – et parce qu’ils sont en difficulté économique – mais ils ne font qu’accentuer le phénomène. Quant aux réseaux sociaux ils radicalisent par phénomène grégaire un rejet qui trouve sa source ailleurs. Plutôt que fustiger la bêtise et l’ignorance de ces « foules imbéciles », qui rejettent tout en bloc, il serait temps de s’attaquer sérieusement aux sources de leur colère. Non ?

 

A LIRE AUSSI

 

 

Cyrille Frank

Sur Twitter
Sur Facebook
Sur Linkedin

 Crédit photo : windwalkernld via Flickr.com – sous licence Creative Commons

14 comments

  • Vincent

    pfiou… Ça faisait longtemps… Je sens que je vais me faire plaisir 🙂
    Roulement de tambour et coup de cymbale, je me lance sans filet :
    Et si les réseaux sociaux étaient un espace rituel et transgressif où l’on se déleste du poids du réel devenu trop lourd ?
    Je regarde autour de moi, et ne voit aucun autre espace/temps qui remplisse cette fonction d’exutoire pourtant nécessaire à toute société…
    Après tout les moments de « fête » ou « foire » permettent également de répartir les rôles, sceller les alliances et remettre les compteurs sociaux à zéro en libérant les affects, etc.
    Certes en suivant ce raisonnement là où nous rêvions d’un nouvel eldorado (pour l’économie et la conscience) nous n’aurions que mis à nu la part tribale de notre civilisation…
    Encore un joli pied de nez du néant à la rationalité des choses ?

  • Bonjour Vincent,

    Oui trop longtemps ! Et merci de rester fidèle à ces discussions blogo-épistolaires 🙂

    Je suis bien d’accord : en effet, les réseaux sociaux jouent le rôle d’exutoire et on voit bien que ce besoin est fondamental. La preuve en est, le développement des réseaux sociaux anonymes, comme « Secret » ou « Whisper » qui confirment ce besoin de dire des choses cachées, sans le poids de la contrainte sociale et des interdits moraux de toute sorte.

    Bien sûr, il ne fait pas perdre de vue notre nature animale qui motive bien des comportements rationnels, si l’on en croît Freud et avec lui, Eros et Thanatos.
    La sublimation qu’il évoque est précisément ce détournement de pulsions primaires à des fins créatives. Raison sans doute pour laquelle les grands créateurs sont souvent aussi de grands « pervers », au sens commun du terme.

    Comme tu le vois, raison et pulsion sont en réalité intimement liés et le pied de nez de nos affects à notre cerveau est permanent ! 🙂

    Là, ce sont plutôt les phénomènes de groupes que je pointe du doigt, et qui ne sont pas exclusifs aux réseaux sociaux. On les observe dans les cours de recréation, sans parler de l’expérience de Milgram ou de Stanford… « Sa majesté des mouches » a trouvé sa concrétisation sur la toile aussi.

    Ces tendances au suivisme et à la contagion émotionnelle sont aussi typiques des grands mouvements de foule, des émeutes et des révolutions, notamment celle sur laquelle repose notre démocratie actuelle. Sans les folles rumeurs sur le massacre que prévoyaient les réformés, probablement point de Saint-Barthélémy. Sans la peur de la répression violente que préparerait l’armée de Suisses massée aux abords de Paris, (peut-être) pas de prise de la Bastille…

    La pulsion animale est souvent dangereuse et condamnable, mais elle est aussi nécessaire quelquefois, pour faire bouger les choses, pour dire : le « roi est nu », comme une claque du corps à la conscience qui s’éloignerait du sol.

    A très bientôt !

    Cyrille

    • vincent

      Fidèle et plus remonté que jamais… à bloc même à en lire la suite 😉

      Donc, alors, bon, bref…Effectivement chez Freud c’est la sublimation qui permet de détourner l’énergie de la pulsion et la canaliser dans un objet externe, c’est ce que l’on nomme « création ». Cependant, ce que l’on remarque aussi, c’est que le modèle « tous créateurs » ne fonctionne pas au delà-de nos espérances. Et là, le net fournit un bon nombre d’illustrations : le ratio lecteur/commentateur/créateur de contenus, émergence des blogueurs influents sur la base de désignation par les pairs, les flash mob/Harlem shake/Happy from… dont la dimension moutonesque a quelque chose d’un peu effrayant, car, même si je ne nie pas la jubilation qu’il y a faire quelque chose ensemble, ces happenings laissent peu de place à émergence au langage et surtout à son renouvellement (pour ma part j’ai l’impression que leur fonction sociale est au contraire d’opérer un lissage, une neutralisation, une massification…).

      Dans « la politique des choses » et « pour une politique des êtres parlants », Jean Claude Milner met en avant deux points qui me semblent incontournables pour répondre à la question qui nous intéresse (sortez vos cahiers pour recopier la leçon 🙂 ) :
      1) Il explique le narcissisme primaire ainsi : l’être humain (enfant) croit qu’il est le seul à parler, jusqu’à ce qu’il se rende compte que les autres parlent également, et, cela produit deux choses primordiales dans son développement : Il découvre qu’il n’est pas le seul au monde et ressent la peur d’être réduit au silence. Ainsi la conscience ne peut exister sans la peur, et pour Milner est politique toute forme anthropologique qui ne nécessite pas s’en prendre au corps du sujet parlant pour imposer le silence (de fait, la révolution est hors champs politique), forme qui permet certes le vivre ensemble, mais qui laisse le sujet (et le pouvoir) désarmés face à la pluralité des êtres parlants (ce qui se traduit que la démocratie système le plus équitable prend à chaque fois le risque de laisser au plus 49% de mécontents, sans compter les abstentionnistes).

      2) La société est constituée de 2 formes qui s’affrontent : La forme politique dont le langage est clos (et tient ses racines de l’antiquité grecque) et la forme marchandise dont le langage est illimité. Toute la difficulté de nos gouvernants actuels est d’aboutir à un équilibre entre ces deux formes, autrement dit intégrer du langage de l’illimité marchandise dans une forme finie (au sens mathématique), pour ne pas dire figée. D’où notre situation actuelle où ne pas céder devant la forme marchandise signerait le refus du progrès pour conserver la forme politique finie, et céder signerait la fin de la politique telle qu’on la connait. Une illustration de ceci, et qui montre qu’en effet le virtuel et le réel ne sont pas deux terrains séparés, pourrait être les ambitions trans-humanistes de google, sphère de compétences qui incombait jusqu’alors à l’Etat de réguler, qui dorénavant lui échappe, et qu’il va pourtant bien falloir articuler avec notre système actuel sous peine de le voir disparaître dans sa forme actuelle (et donc le pouvoir actuel perdre sa légitimité actuelle, chose inenvisageable aux sujets qui le constitue)… quelle organisation résisterait à une promesse de la vie éternelle ? Qu’elle soit technologiquement possible ou non importe peu vis à vis du fantasme de toute puissance qu’elle véhicule, pour rester freudien.

      Dans la « condition de l’homme moderne », Hannah Arendt explique que l’avènement du social est dû à la superposition de la vie publique et de la vie privée. Dans l’antiquité (racine du langage clos de la politique)la citoyenneté était le privilège d’échapper à l’enfer domestique en accédant à une vie publique, sauf qu’à l’époque on se souciait peu de la manière dont était traités les esclaves dans la sphère privée, la vie de la cité se limitait à la vie de la cité, son rayonnement, sa prospérité, sa sécurité… C’est ce que Foucault explique également dans son « hernémeutique du sujet » (cours au collège de France) lorsqu’il évoque le « souci de soi » en opposition au « connais-toi toi-même ». Socrate déjà lorsqu’il interpellait les citoyens pour leur demander s’ils se souciaient suffisamment de leur âme, ne faisait que demander si au delà de l’accumulation de richesses (pourtant nécessaire à la survie de la cité), se posait suffisamment la question de la conséquence des actes. C’est ce que Foucault nomme le « souci de soi », qui par le prisme du moment cartésien a été interprété comme « connais-toi toi-même », dissociant ainsi le registre de la parole (par exemple, la confession qui vient absoudre les actes chez les catholiques), du registre pur de l’action. Ce dernier point transféré dans la matrice de Milner, tendrait à montrer que cette bipartition était nécessaire pour conserver la politique où imposer le silence n’est pas réduire à néant, autrement dit ne pas tuer ses adversaires…

      Donc exister dans la pluralité n’est pas chose aisée, car mû par l’impératif de réduire l’autre au silence sous peine d’y être réduit soi-même, et ceci amplifié par les réseaux sociaux, où chacun peu certes parler, mais non sans se rattacher à un groupe de pairs (idéologie, école de pensée…) afin ne pas se sentir trop isolé face à la multitude, autrement dit susceptible d’être réduit individuellement au silence.

      Voilà, voilà… Maintenant, il est possible de se demander qu’elle est le rôle, la fonction des médias à travers le développement ci-dessus, et le changement qui s’opère du fait que les lecteurs peuvent interagir directement avec le support ?
      La question est finalement assez nouvelle, puisque avant l’information se discutaient en corps à corps, dans les cafés, dans les repas de famille ou d’autres lieux de socialisation, mais persistait toujours le risque de s’en prendre une dans la tronche pour celui qui cherchait à trop imposer le silence en ne cessant de parler… dans le vieux monde la raison du plus fort était bien souvent la meilleure, le langage populaire ne ment jamais.

      Aujourd’hui la donne à changé, puisque chacun peut laisser sa trace sous forme d’un avis, mais sans réelle menace d’une sanction, au pire se faire bannir, exclure, censurer… D’ailleurs on remarque que dans ces circonstances c’est la liberté d’expression comme grand principe qui est invoquée au risque de la voir disparaître pour tous, alors qu’il ne s’agit la plupart du temps que de toutes petites blessures d’égo… mais on ne peut pas pour autant supprimer à l’homme ses passions, sous peine de le priver de son essence.

      N’empêche que toute sanction symbolique ne vaudra jamais pour une bonne baffe dans la gueule, ce qui mon avis est d’autant plus anxiogène parce que la menace est diffuse et l’ennemi dématérialisé, les attaques/ripostes éclatées entre ce qui relève du privé, du public, de la politique, de la marchandise, bref tout se mélange mais ne se superpose vraiment jamais, d’où la radicalisation des propos, la simplification outrancière, la prépondérance des balisages chiffrés, la délégation à des experts (dont les journalistes) à qui l’on confie l’impossible exercice d’effectuer une synthèse, le traitement en externe comme pour se dédouaner de sa responsabilité ou supporter sa culpabilité d’être finalement impuissant à changer quoique ce soit, parce confronté à la pluralité et l’illimité des choses, Milner parle à ce propos de la politique des choses en ces termes : « on a créé les choses pour que les choses nous gouvernent », de son côté Lacan parlait du « plus-de-jouir », parce que la vérité promise par le discours du capitalisme est insatisfaisante et à jamais insatisfaite, parce qu’elle nécessite qu’on aille la chercher toujours un peu plus loin…

      Tout ce merdier pour un simple demande d’amour, me dis-je ahuri avant d’aller voter 🙂

      • Ouah, t’as fait fort là !!

        Merci pour ce long et intéressant message 🙂

        Il va me falloir dégager un peu de temps pour te répondre correctement.

      • Après double relecture, je n’ai pas tout compris pour être très honnête. Je ne suis pas assez intelligent, je crois 🙂

        En particulier ce passage : « Toute la difficulté de nos gouvernants actuels est d’aboutir à un équilibre entre ces deux formes, autrement dit intégrer du langage de l’illimité marchandise dans une forme finie (au sens mathématique), pour ne pas dire figée. »

        Je retiens l’idée en effet très intéressante de cette nécessité de concilier la socialisation qui est conformation au groupe et l’affirmation du moi.

        Un équilibre délicat inhérent à toute vie en groupe, ou en couple (ça devrait vous rappeler des choses, si, si)

        Plus difficile aujourd’hui en raison de la moindre implication physique – et de l’anonymat ? C’est possible. En somme, l’équilibre est rompu, car l’égo fait le malin, bien protégé derrière son écran.

        Cela me fait penser aux effets de l’alcool qui désinhibent et poussent les interlocuteurs à hausser le ton pour affirmer leur égo. D’où le nombre de bagarres qui explosent le we, de source policière.

        Pourtant, ce qu’on observe, hormis les trolls qui sont minoritaires, c’est une ritualisation assez classique sur les réseaux sociaux ou dans les commentaires. Le besoin de socialisation, même virtuel, conduit les gens à finalement se conformer à la règle sociale au détriment de leur toute puissance nietzschéenne.

        D’ailleurs, il est important de noter que l’identité virtuelle devient presque aussi importante pour els individus que leur identité réelle. Il y a d’ailleurs un gros business à prendre pour les banques de demain : celui de sécuriser les identité virtuelle de ses clients > s’assurer qu’on ne va pas hacker leurs comptes, voler leurs photos en ligne, détourner leurs différentes personnalités patiemment construites.

        A bientôt !

        🙂

  • gv

    Bonjour
    Au-delà des mécanismes intemporels de la communication entre l’individu et son environnement, je crois qu’il faut tout particulièrement s’intéresser à une question soulevée dans le billet «la tendance à faire disparaître toute nuance et incertitude» qui je pense est très préoccupante.
    De tout temps, la nuance a toujours appartenu à ce qui était posé comme l’élite (que ce soit Socrate ou d’autres) à savoir ceux… qui avait la formation – évidemment l’intelligence – mais aussi le temps de développer leur propos devant des gens qui avait la formation – évidemment l’intelligence – mais aussi le temps de les écouter. De tout temps, une large partie de la population a été exclue de ces débats nuancés par manque d’une ou plusieurs de ces ressources.

    Le mécanisme plus nouveau, et je pense qu’il est au cœur du propos de ce billet, c’est que ce qui fut l’élite intellectuelle est aspirée elle aussi par le tourbillon. Les réseaux sociaux sont une manifestation “entre autres“ du phénomène. Le journaliste est cordialement invité à faire plus court (une étude a montré que les articles de presse étaient de moins en moins longs), le télé-consultant doit dispenser sa science en 2 minutes, plus les informations s’accumulent moins on a de temps à consacrer à chacune. Dans le temps imparti, l’intellectuel de gauche n’a plus que le temps de dire qu’il fait beau quand Le Pen dit qu’il pleut. L’ennemi de celui-ci, ce n’est pas l’idée de gauche… c’est la complexité… et elle est moribonde.
    Une perception hyper-simplifiée du monde, c’est çà qui fait peur. Mais on y va tout droit sans beaucoup de contre-forces.

  • vincent

    Pas assez intelligent ? Non, non, c’est moi qui me suis perdu dans le fil de mon propos 🙂

    J’explique le passage et vais essayer de ne pas (encore) déborder du cadre :

    “Toute la difficulté de nos gouvernants actuels est d’aboutir à un équilibre entre ces deux formes, autrement dit intégrer du langage de l’illimité marchandise dans une forme finie (au sens mathématique), pour ne pas dire figée.”

    Cela veut simplement dire (hum hum) que la politique fonctionne avec finalement peu de mots tirant leur origine essentiellement de l’antiquité grecque « Démocratie, citoyenneté, vote, majorité, etc. » et quelques oppositions « Droite/gauche, progressiste/conservateur, etc. » qui suffisent à parler la politique. Et ce peu de mots doit faire face à d’autres mots de natures différentes « marché, nano-technologies, bioéthique, Open-data, Open-source, etc. » que la politique est forcée d’intégrer sans pour autant modifier sa forme, au risque de se dénaturer. Or (le discours de)la science devient de plus en plus illimitée (PMA, GPA, Thérapies géniques…), alors que la politique n’a que peu de mots à leur opposer, grosso-modo réforme ou révolution.

    Voilà, je pense que c’est plus clair ainsi, sinon je concède par avance de n’être pas assez intelligent pour expliquer 🙂

    @++

    Vincent

  • Pingback: Au Brésil, le viol des femmes divise les réseaux sociaux | Carioca PlusCarioca Plus

  • Pingback: - Pourquoi l’individualisme, peu adapté à la survie de l’espèce, est une valeur en hausse

  • Pingback: - Désinformation et rumeur : nous sommes notre pire ennemi !

  • woolfgang

    Bonjour,

    Le seul coupable c’est nous-même, pourquoi vous voilez-vous la face en accusant tout excepté vous-même. Tout est utopie à partir du moment que vous évitez de voir les mécanismes manipulateurs en vous-même. Nous sommes tous manipulés et ceux qui manipulent sont eux-même manipulés et ainsi de suite comme dans les poupées russe.

    Élevez votre conscience…voyager dans votre propre galaxie intérieure..demandez et vous recevrez…mais osez demander les vrais choses…pas ce que l’adrénaline peut vous apporter.

    Le coupable est celui qui cherche un coupable ne dehors de lui-même.

    • Bonjour Charles,

      J’ai écrit sur ce sujet de nos propres manipulations http://www.mediaculture.fr/2015/01/03/desinformation-rumeur-expliquer-succes/

      Néanmoins, nous ne sommes pas des individus isolés, des monades solitaires, comme dirait Kant. Nous appartenons à une société qui nous façonne, qu’on le veuille ou non. C’est une limite à notre liberté, et la seule façon de regagner cette liberté, c’est d’en prendre conscience (cf. l’allégorie de la caverne).

      Mais dites-moi, « élever sa conscience », « galaxie intérieure »… il vous reste de la tarte aux fleurs ? J’en prendrai bien une part… ^^

  • Pingback: - Croire ou ne pas croire, la raison ne fait rien à l’affaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *